Absente au dernier rendez-vous pour cause d'escapade, me revoilà avec mon tendre boulet. C'est l'un de mes deux rendez-vous façon "sauvetage d'ouvrages en panne sévère d'avancée voire de commencement tout court". Il y a des fils de discussion qui me font sourire souvent sur les forums de ravelry: "no buy", "demain, j'arrête", etc... Je souris car je me sens moins seule à craquer régulièrement et à regarder ensuite avec un certain étonnement l'accumulation d'ouvrages possibles. D'où la nécessité absolue d'avancer dans le domaine "je me suis changée en écureuil et c'est pas une réussite": j'ai les réserves mais je n'ai toujours pas réussi à capter dans mes cheveux ce joli roux, flûte. Le boulet est heureusement là pour aider à faire baisser les niveaux. Et en plus, c'est cadeau, au bout du compte on a un bel ouvrage terminé.

Voici une présentation du boulet par Emmanuelle, organisatrice du rendez-vous des bouletteuses compulsives.

"C'est un rendez-vous mensuel de blogs.

Nous nous retrouvons pour mettre en valeur un projet qui végétait depuis quelques temps dans notre panier à ouvrage.

Il peut s'agir d'un futur pull, d'un magnifique plaid en devenir, d'un gilet à assembler...

Nous sommes plusieurs à être fidèles à ce rendez-vous du deuxième lundi du mois."

Les participantes sont toutes là, chez Emmanuelle.

Moi, je suis toujours sur mon plaid au crochet. Les fils sont issus des petites pelotes précieuses de Clothogancho, teints par elle. Je ne me lasse pas des couleurs et ça tombe bien car j'avance à l'allure d'un escargot. Vous pensiez que j'avais eu plus de temps et que j'en avais crocheté le double? Non, non.

Huit. Oui, je sais, escargot voire franchement pire (mais c'est quoi pire que ça?). Cette fois, j'ai tout étalé avant de commencer pour observer les couleurs qui dominent et celles qui ne sont pas assez présentes. Et hop! Au crochet.

Les voici, ces huit petits nouveaux. Et j'ai franchi le cap des 50 (la moitié). J'en ai 54. Yes!

huit

tous!

Pour rendre visite aux participantes et voir leurs beaux ouvrages, c'est par ici.

Merci de votre visite et à bientôt.